UA-68671480-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2011

Conjuguer! Mais soyons logiques!!

 

Conjugaison : les chemins de la réussite.



Problématique : comment envisager autrement l’enseignement de la conjugaison ?

Qu'est ce que conjuguer un verbe à l'école élémentaire?

L'organisation de ton travail.

Deux mots extraits des programmes doivent retenir ton attention : observation des variations. En toute logique, un verbe doit donc être étudié sous tous ses aspects temporelsdans le même groupe de séquences.

Si tu as décidé de te pencher avec tes élèves sur l'étude du verbe demander, tu dois le présenter sous toutes ou partie de ses formes conjuguées.

Ex : Il demande, il demandait, il demandera, il demanda, il a demandé.

Si la part d’apprentissage et de mémorisation de l’enfant reste une nécessité incontournable dans ce domaine, tu dois maîtriser totalement les enseignements afin que tu saches où tu vas et comment tu y vas.

Ce sont encore les besoins qui vont diriger tes progressions. Conjuguerun verbe, à l’école élémentaire, c’est d’abordutiliser le bon temps selon le sens que l’on veut donner à sa phrase, au récit. Là, c’est toujourset encorele domaine de la production de langage, oral, écrit où ces différents thèmes doivent être repris et travaillés. Le but ultime, c’est l’amélioration de la production d’oral et d’écrits.

 

 

La séquence de conjugaison, pendant laquelle l’enfantdécouvre ou redécouvre, et souvent corrige l’utilisation des verbes, doit s’articuler autour de plusieurs axes, en conformité avec les programmes. (Liste des verbes fréquents et réguliers à maîtriser aux temps proposés.) L’analyse doit porter sur l’approche suivante.

 

Temps

Temps composés

Radical - terminaison

Auxiliaire - participe passé

 

 

Radicaux : utilisés dans les temps simples;

Verbes irréguliers : plusieurs radicaux au présent, mais un seul à l’imparfait, un seul au futur un seul au passé simple mais qui peuvent être différents les uns des autres.

Le seul temps qui présente des radicaux différents, pour les verbes irréguliers, est le présent, d’où son étude plus approfondie, mais non séparée des autres temps.

 

Il sera intéressant de faire distinguer le radical selon le temps :

ex : prendre : prend, pren, prenn (présent), pren (imparfait), prend (futur) pri (passé simple)

 

Terminaisons : pour les temps simples.

 

Distinguer les verbes du premier groupe des autres :

verbes du 1° gr: présent : e, es, e, ons, ez, nt;

autres verbes :présent : s (x), s (x), t ou rien, ons, ez (tes), ent (ont)

 

Quel que soit le groupe, futur et imparfaitprésentent les mêmes terminaisons :

imparfait : ais, ais, ait, ions, iez, aient.

futur : rai, ras, ra, rons, rez, ront.

 

Le passé simple est étudié à 1S, 2S, 3S, 3P (1, 2, 3 = personnes, S=sing ;P= plur)

Les verbesprésentant des spécificités de conjugaison sont laissés aux apprentissages du collège.

 

Les verbes qui seront étudiés en priorité seront :



Être & avoir; faire & prendre; aller & venir; dire & voir; pouvoir & vouloir; savoir.

 

Verbes du premier groupe : types demander, tomber, se laver ;(On choisira tomber car il utilise être comme auxiliaire & se laver pour se familiariser avec la conjugaison d’un verbe pronominal.)

 

Verbes du deuxième groupe : types finir, se salir; (Se salir pour se familiariser avec la conjugaison d’un verbe pronominal.)

Les temps simples de l’indicatif y compris le passé simple, utile en production d’écrits, feront l’objet de séquences d’appropriation. Le passé composé complètera cet apprentissage ainsi que le plus que parfait et le futur antérieur en toute fin de cycle 3 (programmes de 2008)

 

Il serait bon, quand tu abordes la conjugaison d’un verbe, que celle-ci soit globale, c’est à dire que l’enfant découvre en même temps les temps à maîtriser.

Le présent du conditionnel, le présent du subjonctif, le présent de l’impératifferont l’objet de séquences spécifiques liées à des situations de production d’écrits.

 

Enfin, pour tous ces verbes (ou du moins ceux pour qui c’est possible), la conjugaison à la voix passivesera présentée pour donner une alternative à la rédaction.

 

Conjuguer « in vivo » Pour des séquences vivantes : les dialogues à jouer :

 

Les dialogues issus de la vie courante permettent de placer tes élèves dans la situation vivante de conjugaison, de réinvestir, mais aussi d'apprendre. Oralement d’abord, puis par écrit ensuite, ils mettent en pratique toutes leurs compétences. Les verbes à conjuguer ne sont jamais donnés : ils doivent être devinés en fonction de la situation. Ces dialogues sont découverts, joués en classe avant d’être complétés par écrit. Il t’est facile de composer lui-même ces dialogues. Exemple :

 

P : Salut ! Comment ça …….. ?

J : Oh, mal! Je ..........voir le médecin.

P : Où …….-tu mal ?

J : Je ………une douleur quand j’…………..sur mon ventre.

P : Ah ! Qu’est ce que tu …… ………. hier?

J : Hier ? J’……. ………. du poisson avec des haricots.

P : Et il ……….. frais ton poisson ?

J : Oui, je l’….. ………… aux pêcheurs sur la plage . Le poisson …….encore !

P : Alors, ……..vite voir le docteur ! Je …….. sûr que tu ……. ……..le poisson vivant et que c’….. lui qui ……….dans ton ventre.

J : Ne ……pas de bêtises !! Tu ………avec moi ?

P : Non ! J’…….rendez-vous avec une jolie fille*. Je te ………… ! Salut !

(*Avec un beau garçon)

 

Tu écris son dialogue au tableau, les enfants cherchent à identifier les verbes manquants. Pour chaque réplique, des propositions sont émises, mais ne sont pas écrites en place. On peut lister à l’infinitif les propositions sur un tableau annexe. Toute proposition cohérente doit être relevée pour proposer un choix. Les élèves doivent mémoriser ou se référer au tableau annexe. Dès que des couples sont formés, le dialogue est joué plusieurs fois. Les enfants en sont friands.

Quand un bon nombre d’élèves a joué la scène, tu leur demandes de proposer des graphies pour les verbes manquants. Chaque graphie doit être justifiée par l’élève. Quand elles sont toutes écrites sur le tableau annexe, le maître les efface et demande aux élèves de restituer l’ensemble du dialogue par écrit.

 

Conjuguer dans le texte narratif.

 

Quoi de plus intéressant qu’un texte narratif qui a perdu tous ses verbes? Temps simples, temps composés, voix active, passive, présent, passé s’interpellent et l’histoire doit garder son sens, rester cohérente. Progressivement ce type d’exercice doit être conduit vers plus de maîtrise. Tu peux composer le texte (Il y a toujours le risque de tomber sur des verbes qui n’ont pas de sens pour l’enfant, car non référencés.) mais comme les enfants sont producteurs, une production d’élève fera l’affaire. Exemple :

 

Il ……nuit. La lune ………la plage. Deux hommes …. ………….. vers une barque. Ils ne ………pas de bruit. L’un d’eux ………….la corde, l’autre ………… à pousser le bateau vers la mer. Bien vite la barque …………..sur l’eau. Un des hommes ……………., l’autre …………..le gouvernail. Ce ……. deux pêcheurs qui ………… profiter du clair de lune pour jeter leur filet.



La progression de la séquence est, en gros, identique à celle du dialogue à jouer. Plusieurs solutions peuvent apparaître pour un remplir un trou. (Ex : la barque glisse, flotte, avance, sur l’eau.) Tu ne dois pas éliminer les propositions qui sont cohérentes. Ton rôle serait plutôt de faire sentir la richesse de tel ou tel choix par rapport aux autres.

Tu peux aussi pendre l’initiative de proposer que l’histoire soit racontée au présent ou au passé.

Une variante de cet exercice pourrait viser à faire remplacer des verbes pauvres de sens (faire, prendre, aller etc.…) par des verbes plus expressifs. Dans ce cas, le texte d’élève à améliorer serait une bonne base de départ.

Mais il y a forcément pour l'élève une part d’apprentissage incontournable à ne pas négliger, d’où l’utilité de proposer un contrat qui l’engage.

* En annexe à ce chapitre, tu découvriras les tableaux des compétences qu’on peut chercher à faire maîtriser en fin de cycle II et en fin de cycle III. Tu peux t’appuyer également sur les programmes en cours pour en définir d’autres.



Annexe 4

Cycle II.

 

1

Je sais distinguer le présent, le passé, le futur.

 

Je conjugue à l’oral, sans erreur dans un dialogue oral.

2

Être au présent, futur et passé composé.

3

Avoir au présent, futur et passé composé.

4

Faire au présent, futur et passé composé.

5

Aller au présent, futur et passé composé.

6

Prendre au présent, futur et passé composé.

 

Je connais l’orthographe des verbes conjugués :

7

Être au présent, futur et passé composé.

8

Avoir au présent, futur et passé composé.

9

Aller au présent, futur et passé composé.

 

Cycle III.

 

1

Je sais reconnaître le temps d’un verbe dans un texte, sa personne, son infinitif, sa voix.

 

Je sais conjuguer, à l’oral comme à l’écrit, les verbes suivants au présent, futur, imparfait passé simple et passé composé de l’indicatif.

2

avoir et être;

3

verbes du premier groupesimples; types demander, tomber, se laver.

4

verbes du premier groupe en cer, ger, ier, yer.

5

verbes du deuxième groupe, type finir, se salir.

6

faire et prendre;

7

aller et venir.;

8

dire et voir;

9

Vouloir, pouvoir et savoir ;

10

J’ai travaillé à l’oral et à l’écrit l’emploi du présent de l’impératif de tous les verbes étudiés.

11

J’ai travaillé à l’oral et à l’écrit l’emploi du présent du conditionnel des verbes fréquents dans des phrases commençant par «  si »

 

J’ai travaillé à l’oral et à l’écrit l’emploi du présent du subjonctif dans des phrases commençant par « il faut » des verbes suivants :

12

Etre, avoir ;

13

Faire prendre ;

14

Aller, venir ;

15

Je sais compléter un dialogue avec des verbes fréquents convenablement conjugués.

16

Je sais compléter un texte narratif avec des verbes convenablement conjugués.

17

Je pratique aisément le changement de temps.

18

Je pratique aisément le changement de personne.

 

C’est le conseil de cycle qui met en place la progression dans une véritable politique de cycle à l’école. Comme je l’ai dit par ailleurs, chaque école est différente d’une autre, ce qui veut dire que les progressions peuvent varier d’un établissement à un autre. La répartition ci-dessus est purement indicative mais peut servir de base de travail.

Quant au document didactique que tu vas donner à l’issu d’une étude, il regroupe tous les temps du ou des verbes étudiés. Par exemple, sur la même feuille, tu peux présenter.

 

 

être et avoir à l’indicatif :

 

être

Présent         futur        imparfait        passé simple        passé composé

 

Avoir

Présent        futur        imparfait        passé simple         passé composé

 

 

17:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.