UA-68671480-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2011

Travailler mieux en travaillant moins?

 

Un projet de classe innovant

qui permet à chaque enfant de progresser

sans surcharge de travail pour toi!

 

N’est-ce pas attirant?

 

Michel de Montaigne disait, en 1579,

Il n’y a que les fols, certains et résolus”.

 

Sans être fol, mais en étant tout à fait résolu, j’imagine que toute la réflexion que j’ai menée est en phase avec les programmes actuels qui se mettent en place progressivement. Ce plan de travail, qui laisse la place à l’imagination pédagogique, tout en étant rigoureux sur ses contenus et ses objectifs, peut être adapté par chacun, ne serait-ce que pour la rédaction des items du relevé des compétences de sa classe. Tout cela ne se fait pas en un jour, loin s’en faut. Il aura fallu 20 années scolaires de réflexion, (Dont les dix dernières furent prépondérantes!) d’essais, d’adaptations, de remises en question, de rédaction, pour qu’un livre naisse et vive enfin. Il est ma réponse à beaucoup de questions que je me suis posées depuis 1987, année pendant laquelle, certain et résolu, donc fol, je croyais tout connaître de notre métier jusqu’à recevoir une affectation qui, comme l’effet d’une gifle, remit tout en question.

 

Je rends hommage à tous les collègues qui, depuis, volontairement ou sans le savoir, m’ont suggéré des idées, m’ont conforté dans mes avancées, ont éclairé ma lanterne. Car, si les réunions des conseils de cycle, des maîtres, les grand-messes pédagogiques des IEN participent peu ou prou à la création et au suivi du projet d’école, elles ne remplaceront jamais les échanges informels entre maîtres, (Autour d’un café, à la récré …) les échanges de documents et de savoir-faire. Dans une école, dans une circonscription, apprenons à nous connaître, à ne pas rester figés dans nos certitudes, à échanger tout ce qui peut soulager notre tâche bien lourde et la profession ne s’en portera que mieux.

Montaigne disait encore :

 

Qu’il ne lui demande pas seulement compte des mots de sa leçon, mais du sens et de sa substance...” “Les abeilles pillotent deçà delà les fleurs, mais elles en font le miel qui est tout leur.”

N’en doute pas, un instant c’est bien le maître qui est au centre du système éducatif et non l’enfant comme on a voulu trop longtemps le faire croire. Laisse-le pilloter " mais apporte lui les meilleures fleurs pour le faire, sans pour autant te ruiner la santé.

Les chemins de la compétence sont souvent longs, mais ils aboutissent toujours quelque part.



11:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.