UA-68671480-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/09/2011

Développer des compétences ou suivre un programme?

 

Mon cher collègue,

 

Suivre un programme ou développer les compétences des élèves ? Voilà un choix auquel chaque enseignant de l’école élémentaire devrait se trouver confronté. Or, le constat de l’observateur averti débouche sur cette conclusion : c’est la notion de programme qui guide encore la plupart des maîtres.

Je peux en parler sans aucun souci car j’ai procédé ainsi pendant de nombreuses années … jusqu’à découvrir que je faisais fausse route et que je condamnais une partie de mes élèves à l’échec scolaire. Car c’est bien de cela, en fin de compte, dont il faut s’imprégner. Quel est le rôle de l’enseignant sinon de faire progresser ses élèves, à partir d’un constat de départ.

Qui n’a pas dit un jour, à un collègue, à un parent, à l’Inspecteur : « Le COD ? Mais on a déjà vu ça le mois dernier ! On ne va pas encore y revenir ? Il y a d’autres notions à voir dans le programme !! »

Et on ajoute pour se donner bonne conscience : « Et puis, ils (certains élèves !) ne travaillent pas suffisamment à la maison. Comment voulez vous qu’ils s’en sortent ? »

De cet état de fait, découlent tous les discours sur le niveau des élèves qui quittent le CM2 et les études qui démontrent la régression des connaissances. On suit des programmes ! Quant à la réelle acquisition des compétences ?

Or, il suffit de pas grand-chose pour transformer radicalement un enseignement. Il s’agit simplement de redonner du sens au mot enseigner. Je cite Montaigne dans le chapitre 1. On oublie trop ce génial pédagogue. Le choix est simple :

 

suivre un programme sensé faire acquérir peu ou prou des compétences,

ou

faire acquérir réellement des compétences en utilisant le programme comme un outil.

 

Différence qui peut paraître subtile mais qui est pourtant fondamentale.

 

Quel que soit le niveau des élèves qui te sont confiés, tu pourras toujours améliorer leurs compétences, tant notionnelles que méthodologiques. Si tu privilégies cette approche, alors tu envisageras la notion même de programme autrement. Les programmes de 2002 ne s’intitulaient-ils pas : Qu’apprend-on à l’école élémentaire ? Dans ceux de 2008, chaque chapitre ne se termine-t-il pas par : Compétences devant être acquises en fin de cycle ?

Cet ouvrage et les fascicules qui l’accompagnent peuvent te guider dans un nouveau choix de pédagogie axé sur la notion de compétence. Rien de théorique, que du pratique testé dans les dix dernières classes de ma longue carrière. Tu remarqueras, au fil de ta lecture que cette façon de aborder le métier allège ta charge de travail. Si cela peut te décider : travailler mieux, en t’émancipant peu à peu des contraintes obsolètes.

Quant à moi, je reste à ta disposition sur ma messagerie électronique. J’essaierai de répondre à tes interrogations.

Très cordialement, Didier Charneau. (le5apons@orange.fr)

 

 

10:15 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.